Pratique des écrits et écritures des pratiques
ROUSSEAU P. Paris : L’Harmattan. 2008.

Le manque de lisibilité du travail social apparaît exacerbé dans les secteurs où l’exercice de l’intervention est peu explicite, à l’exemple de certains dispositifs d’aide à domicile comme l’Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO). À ce constat, s’ajoute la difficulté des éducateurs à formuler le contenu de leur action, dans un contexte où les pôles contradictoires d’une mission d’aide et de contrôle, réactivent les tensions identitaires du métier.
L’écriture étant une part concrète de l’activité des intervenants, l’ouvrage propose d’étudier les rapports adressés aux juges des enfants, suivant le double versant de l’écriture professionnelle, c’est-à-dire une pratique des écrits et une écriture des pratiques. Ces deux axes sont développés dans la perspective d’une possible modalité d’accès aux pratiques effectives.
Ce livre s’adresse aux différents acteurs en charge de la protection de l’enfance impliqués dans
une écriture sous mandat, qu’ils en soient le commanditaire ou le maître d’œuvre. Il concerne aussi  l’ensemble des travailleurs sociaux, confrontés à l’écriture sur l’autre en difficulté, inadapté ou handicapé, l’écrit à son sujet introduisant une dynamique où l’objectivation du discours interfère avec les enjeux relationnels.  L’ouvrage, qui rend compte d’une recherche élaborée dans le cadre d’une thèse, révèle combien la diversité des pratiques reste empreinte des contradictoires de la mission. Il montre aussi comment un ensemble de stratégies langagières contribue à la gestion des contraintes de l’écriture.