Dans le but de pallier au manque d’informations relatives à la privation de liberté des enfants et en réponse aux appels émanant de plus de 140 ONG (dont DEI – Droits des Enfants International), l’Assemblée Générale des Nations Unies a demandé la réalisation d’une étude mondiale sur les enfants privés de liberté en 2014.

Dans le cadre de l’étude, la privation de liberté est définie comme « toute forme de détention ou d’emprisonnement, ou le placement d’une personne dans un établissement public ou privé de surveillance dont elle n’est pas autorisée à sortir à son gré, ordonné par une autorité judiciaire ou administrative ou toute autre autorité publique ».

L’étude mondiale entend rassembler des données quantitatives, notamment grâce à un questionnaire devant être complété par chaque Etat membre des Nations Unies, et qualitatives sur le sujet.
Afin de compléter le questionnaire, chaque Etat, avec l’appui de la société civile, a du réunir les informations disponibles sur les dix dernières années et réaliser un ‘instantané’ de la situation le 26 juin 2018, c’est à dire compter tous les enfants privés de liberté sur leur territoire ce jour-là.

En Belgique, la Commission Nationale des Droits de l’Enfant a été désignée par le gouvernement pour être le point focal chargé de collecter les informations à transmettre à l’équipe chargée de l’étude mondiale au niveau des Nations Unies.
DEI-Belgique a pris l’initiative de coordonner l’action des différentes associations et universitaires pouvant contribuer à l’étude au niveau belge.

Ce 19 mars 2020 de 14h à 17h, les résultats belges seront présentés.

Langue de l’évènement : Anglais
Lieu : INCC – Institut national de criminalistique et de criminologie
Finance Tower, Centre Administratif Botanique – Boulevard du Jardin Botanique 50.
B-1000 Bruxelles

L’inscription à cette présentation se fait via ce lien .

Plus d’informations sur l’ Etude mondiale sur les enfants privés de liberté ici

L’événement a été annulé en raison des mesures de confinement décidées par le Gouvernement belge depuis le 18 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*